J’ai eu envie de partager mon cheminement et ce que j’ai appris au fil du temps pour vous inspirer ou vous motiver, parce que ce genre d’histoire m’a poussée à continuer dans les moments de découragement.

Je ne suis pas une pro de la santé,
mais je suis une pro de mes propres expériences.

Mon aventure a débuté un matin ou j’en ai eu assez en voyant mon reflet dans le miroir (soyons honnête, je pleurais seule dans ma salle de bain). J’ai réalisé que je devais cesser de regarder les autres et m’apitoyer sur mon sort. La seule personne qui avait le contrôle sur la situation, c’était moi. Un matin, j’en ai eu assez, ça été le mur mental que j’ai frappé. Pis 220 livres, ça m’a frappé fort!

Pour moi, le reflet dans le miroir était la représentation physique de comment je me sentais à l’intérieur. J’étais à bout de mes habitudes; manque de courage, de motivation, de volonté. C’est raide, mais c’est ça : fille, si tu veux VRAIMENT du changement, ça va demander des efforts, de la volonté, tu vas rusher, te planter à l’occasion, mais tu vas continuer d’avancer. Sinon, tu gardes tes habitudes bien ancrées, mais les résultats aussi.

J’ai beaucoup de avant/après parce qu’encore aujourd’hui, j’ai de la difficulté à voir les changements. J’espère que ça vous parlera autant qu’à moi. Un chiffre sur la pesée, c’est une chose, mais voir le corps se modifier, c’en est une autre.

1 Laissez vous du temps, soyez patients

En voulant changer des habitudes qui sont ancrées depuis des années, il ne faut pas s’attendre que ça arrive du jour au lendemain. Mon erreur de débutante était de vouloir tout changer d’un coup. ERREUR!! Par contre, chaque petite nouvelle habitude que j’incorpore, je ne les voit plus comme de la privation, ça fait juste partie de mon nouveau mode de vie. Moi, ça a été vraiment long pour la perte de poids, mais j’ai trouvé le rythme qui ME convient. Tout autant pour les habitudes alimentaires que l’entraînement physique.

Si ça peut vous encourager, j’avais de la difficulté à m’entraîner 2-3 fois par semaine et maintenant, je sens qu’il me manque quelque chose pendant mes 2-3 journées de repos.

Les changements les plus longs et ardus à atteindre sont généralement ceux qui restent.

2 Deux pas en avant, un pas en arrière

Maintenant, quand je fais un écart, je ne le vois plus comme un échec ou comme si j’avais bousillé le travail déjà fait, je le vois seulement comme un pas en arrière. Tout ça est une danse.

Ça m’a pris beaucoup de travail entre les deux oreilles pour celui-ci. Malgré que je change mes habitudes de vie depuis plusieurs années, ça fait seulement quelques mois que je réussis à me donner du crédit pour ce que je fais. Quelques journées ne défont pas un travail de plusieurs mois et surtout pas d’années. Ça ne devrait pas changer notre motivation, ça ne devrait pas changer notre but à atteindre. Une fois remis de ce rhume, une fois revenus de vacances, on reprend notre routine.

Maintenant, j’accorde plus d’importance aux pas vers l’avant, ce qui me permet de me pousser plus et de rester motivée. J’accepte et je me permets les écarts occasionnels plus facilement, sans le voir comme un échec. J’ai des bases assez solides pour me permettre de croire que ces écarts ne sont plus des habitudes au quotidien. À coup de pas vers l’avant, on finit par arriver au haut de l’escalier. Retournez-vous et regardez d’où vous êtes partis.

3 Demander conseil

Pour vous aider à atteindre votre but, n’hésitez pas à demander conseil. Amis, connaissances, entraîneurs, spécialistes, bonne référence internet. Profitez de ces professionnels qui vous entourent. Au départ, j’ai eu besoin des services en nutrition, par la suite, ça été pour l’entraînement physique. Maintenant, j’en suis à un point où je calcule mes macros (macronutriments: protéines, glucides et gras). Je ne suis pas une pro, mais je sais bien m’entourer. Il n’y a pas qu’un seul modèle à suivre ou un menu qui va fonctionner, ayez plutôt de bons guides autour de vous pour vous diriger au besoin. Et surtout, n’hésitez pas à changer de modèle si celui que vous suivez ne vous convient pas ou ne vous convient plus.

4 Comparez-vous avec vous, pas avec les autres

Longtemps j’ai été découragée avec les photos que je voyais. Servez-vous de celles-ci pour vous motiver ou vous encourager. Si ce n’est pas le cas, cesser de les regarder un peu. L’éclairage peut faire toute la différence, comme vous pouvez voir sur mon exemple. Même chose pour les publicités accompagnées de photos. Elles peuvent nous faire miroiter des résultats peu réalistes, presque instantanés avec peu d’effort… est-ce vraiment réaliste? Comparez plutôt vos propres progrès, vos petites victoires. Au bout d’un certain temps, ça devient beaucoup et c’est très motivant.

Photos prises à une minute d’intervalle. L’éclairage et la position font toute la différence.

5 Les progrès ne se mesurent pas seulement avec un pesé

Maintenant, je n’ai plus aucun scrupule avec mon poids, plus aucune gêne, aucune honte. J’écris les chiffres tels qu’ils sont, et je me balance des jugements. Certains vont trouver que 163 livres, c’est énorme, d’autres ont comme objectif d’atteindre ce poids. C’est tellement relatif. Si j’ai bien compris une chose, c’est que le chiffre n’est rien de concret par rapport aux autres. Pour moi, c’est une des mesures dont je tiens compte, mais je ne compare plus avec les autres.

Depuis que je ne me fie pas seulement à la pesée, ça fait toute la différence. Je fais un suivi des mensurations, du poids et je prends des photos. La perte de poids peut être importante, voire nécessaire pour une question de santé, mais n’oublions pas que les muscles prennent moins d’espace que le gras pour le même poids. Un petit avant/après sera beaucoup plus concluant que le chiffre sur la pesée dans ce cas. 

Selon votre but, et le mien à changé en cours de route, il faut ajuster notre entraînement et/ou alimentation. Ça aussi, c’est quelque chose que j’ai fini par comprendre sur le tard. Alors que vous êtes en train de renforcer et raffermir votre corps, vous aurez l’impression que vous prenez du poids et que rien ne fonctionne.

Gauche : janvier 2020 – Droite : mars 2020

Regardez l’image suivante. Entre mars et août 2020 j’ai travaillé très fort à diminuer mon pourcentage de gras et en augmentant considérablement mon entraînement musculaire. Pour donner une idée globale, j’ai doublé le nombre d’entraînements par semaine, le nombre de répétitions de mes blocs de musculation et j’ai augmenté les poids. Du côté alimentaire, j’ai changé mon apport en intégrant beaucoup plus de protéines.

Je tiens à préciser que de mars à août, je n’ai eu accès à aucun gym et aucune façon « professionnelle » de vérifier si mes changements ont porté fruit. Si je regarde ma photo avant-après, j’ai l’impression d’y voir une réponse par contre 🙂

Ça me rappelle aussi que quand je suis moins motivée, c’est facile de trouver des excuses, mais je vois bien que je peux y arriver. Vous pouvez aussi!

6 Consistance et motivation plutôt que régime drastique

Les régimes drastiques, ça marche, ce pour quoi c’est supposé marcher, vous faire perdre du poids rapidement. Vous faire prendre de bonnes habitudes? Pas certaine. Vous motiver à changer vos habitudes? Ça peut donner un coup de pied dans le derrière. Et comprenez bien ce que je veux dire, je suis d’avis que l’alimentation est majoritairement responsable du résultat final quant à cette perte de poids (c’est mathématique, tu manges moins que tu dépenses, tu vas perdre du poids), j’accroche plus sur le déséquilibre que crée les régimes alimentaires drastiques.

Est-ce soutenable? Dans mon cas, pas du tout. J’en ai fait plusieurs, mais de ces régimes drastiques, aucun d’eux n’a été positif, c’est-à-dire que oui, j’ai perdu du poids, mais pendant cette période, je n’acceptais pas d’invitation à souper parce que je ne pouvais pas manger n’importe quoi, je devenais frustrée parce que je me privais, j’avais toujours faim, parce que je ne pouvais pas manger à ma faim, j’ai eu une aversion pour les ananas pendant des années parce que ça déjà été, l’espace de quelques jours, ce qui constituait mes 3 repas par jour… Perdre quelques livres alors que ça nous fait vivre ça, est-ce que ça en vaut la peine? 

J’ai rapidement perdu un 20 livres en faisant des régimes drastiques. Maintenant, lentement mais sûrement, je maintiens près de 60 livres en moins en modifiant mon alimentation et en restant active.

7 Mangez suffisamment

Voici une idée de mes habitudes de l’an dernier. Je mangeais environ 800 calories par jour, sur semaine, alors que je m’entraînais 4 fois par semaine. Mon corps au repos à besoin de beaucoup plus que 800 calories, imaginez donc avec un entraînement physique en plus. ll faut nourrir notre corps et nos muscles. Moi j’ai fini par comprendre ça sur le tard, c’est la partie de ma transformation sur laquelle je travaille présentement. Il est important d’avoir une alimentation plus équilibrée que de se lâcher lousse la fin de semaine et vivre de privation pendant la semaine. Ce n’est pas bon pour nous, qui nous punissons, ça nous donne en plus une mauvaise relation avec la nourriture et l’entraînement.

Voilà ce que je faisais beaucoup trop facilement et qui n’amenait aucune amélioration. Me donner le droit de manger beaucoup (ou pas tellement bien) avec l’excuse que j’avais fait de l’exercise, et manger très peu la semaine pour balancer mes excès de la fin de semaine. Et attention, j’ai bien dit « aucune amélioration », pas « aucune perte de poids ». J’en ai perdu du poids.

Aujourd’hui, je veux diminuer mon taux de gras et augmenter ma masse musculaire, et pour ça, je dois manger plus. Manger bien, mais manger plus. On doit nourrir nos muscles si on veut les développer.

8 Vous aller suer

Il n’y a pas de secret. Peu importe notre niveau de forme, si on veut plus, oui, ça va être difficile, oui certains matins vous n’aurez pas le goût, oui, ça va faire mal. Mais allez-y, foncez, ça vaut la peine. La formule est simple, vous voulez plus de résultats, vous devez pousser plus, tout en écoutant votre corps. Vous voulez différents résultats, vous devez travailler différemment. Vous devez sortir de votre zone de confort pour voir des améliorations. Si votre réflexion dans le miroir ne correspond pas à ce que vous voulez, vous seul pouvez la changer. Bottez-vous le derrière et arrêter de trouver des excuses. Si vous voulez vraiment un changement, il faut y mettre des efforts.

9 Aucun interdit, meilleur équilibre

Je n’ai plus d’interdit maintenant. Évidemment, j’ai un meilleur équilibre, c’est la clé de mon succès. Un meilleur équilibre dans ma journée, dans mon assiette et beaucoup plus d’activité physique, c’est pour moi une façon de maintenir mon objectif et apprécier tout ce que je fais maintenant, qui me semblait une montagne il y a quelques années. Beaucoup plus de satisfaction, beaucoup plus d’énergie positive. Beaucoup moins de frustrations, beaucoup moins de déceptions.

Je me gâte, j’aime tellement manger que je partage quelques photos.

10 Ne négligez pas l’aspect mental

Ce qui semble inaccessible deviendra un jour une vieille habitude, quelque chose qui ne vous manque plus. Le chemin vers le but sera parsemé de réussite. On se décourage rapidement parce qu’on n’a pas le résultat instantané, mais il ne faut pas négliger les progrès qu’on fait tout au long du processus, ils sont aussi importants que l’atteinte du but lui-même. Ça nous permet de réaliser qu’on est capable d’accomplir beaucoup, et ça s’applique dans toutes les sphères de notre vie.

C’est bien plus qu’un changement physique, c’est aussi un changement mental. Ça se voit moins, mais c’est tout aussi important, sinon plus. Comme on dit, il faut que les bottines suivent les babines. Combien de fois je me suis dit que j’allais faire ceci ou cela. Le temps passe vite et tu te réveilles un matin et ça fait 6 mois que tu as dit ça, sans rien faire de concret. J’ai réalisé que c’est quand j’ai réussi à changer ma façon de voir les choses, à croire que je pouvais y arriver, petit à petit, en y mettant les efforts, que j’ai commencé à voir des changements. Faut parfois frapper un mur pour se réveiller et prendre conscience de tout ça, peu importe ce sur quoi nous voulons travailler.

Chaque petit changement mène à de grands accomplissements.

Ça c’est le résultat d’un travail à long terme!
16 ans plus tard, dans ma robe de mariée

En conclusion

Mon objectif il y a 10 ans était de perdre 40 livres pour retrouver mon poids au moment où j’ai rencontré mon amoureux (17 ans – 180 livres). Quand je me suis levée un matin, me sentant bien et que j’ai réalisé que j’étais près de 160 livres, j’ai réalisé pleinement que j’étais partie de loin, mais que ça valait la peine de persévérer.

Après toutes ces années, j’ai fait une introspection et j’ai gagné beaucoup plus qu’une perte de poids. Après tout ces changements, j’ai beaucoup plus d’énergie, je suis plus forte, en meilleure santé physique et mentale, je m’alimente beaucoup mieux et je suis un meilleur exemple pour les gens qui m’entourent. Je n’ai aucun interdit non plus, simplement un meilleur équilibre.

Et en passant, il n’y a rien de miraculeux, une fois le travail fait, une fois votre objectif atteint, entretenez-le. Rien n’est acquis :o)